30 Casques EKOI GARA Proteam à gagner Je tente ma chance
Préférences
Langue :
Devise :
Paiement sécurisé
Retour gratuit (sous conditions) Paiments x fois (sans frais)

Focus sur le triathlon de légende Ironman Hawaii

Mythique, légendaire, emblématique… les qualificatifs ne manquent pas pour décrire l’Ironman d’Hawaii, pionnier du triathlon longue distance. Considéré comme l’une des compétitions les plus difficiles du globe, le célèbre parcours de Kona long de 226 km représente un rêve pour tous les triathlètes. Mais pourquoi est-il si idolâtré parmi les Ironman à l’international ? Quelles sont les épreuves du Championnat du monde d’Ironman ? Immersion au sein du cadre paradisiaque de Big Island, entre natation, cyclisme et course à pied, pour en découvrir plus sur ce triathlon XXL hors du commun !

Le Championnat du monde d’Ironman : le mythe Hawaii

L’Ironman d’Hawaii est organisé chaque année au mois d’octobre aux États-Unis, autour de la ville de Kailua-Kona sur la Grande île (Big Island). Il s’agit d’un triathlon longue distance de format XXL, mais pas n’importe lequel : c’est la grande finale des Championnats du monde d’Ironman ! Et ce, depuis 1990.

Durant douze mois, les passionnés du triple effort disputent des compétitions labellisées Ironman à travers toute la planète. S’ils se positionnent parmi les meilleurs des classements professionnels ou de groupes d’âge amateurs, ils peuvent alors espérer décrocher leur ticket d’entrée pour le triathlon le plus prestigieux du circuit. Les épreuves des séries Ironman offrent en effet un certain nombre de places qualificatives. En tout, plus de 2 000 compétiteurs ont le privilège de fouler le sol hawaiien.

Une ambition qui demande énormément d’investissement personnel !

Mais savez-vous comment est né l’Ironman d’Hawaii ?

La naissance de l’Ironman d’Hawaii

L’Ironman d’Hawaii est également le tout premier triathlon jamais organisé sur de telles distances. Voilà pourquoi l’appellation « Ironman » est aujourd’hui devenue synonyme de compétition de l’extrême aux quatre coins du globe.

Tout commence en 1977 lorsque John Collins, commandant de l’US Navy, suggère de rassembler les trois épreuves hawaiiennes les plus dures en une seule course. L’objectif est de clore un débat informel s’interrogeant sur la potentielle suprématie des nageurs, des cyclistes ou des coureurs. Vous le devinez, il s’agit bien évidemment de combiner les disciplines de natation, de vélo et de course à pied.

En 1978, l’événement a lieu : Lyn Lemaire et Gordon Haller, tous deux américains, sont sacrés premiers « Iron Man » (homme de fer) et « Iron Woman » (femme de fer) de l’histoire.

Organisée d’abord à Honolulu, la compétition déménage à Big Island à partir de 1981. En 1982, l’incroyable performance de Julie Moss marque les esprits du monde entier. Alors en tête de la course, la triathlète américaine s’effondre à quelques mètres de l’arrivée et termine l’épreuve en rampant.

Ce moment historique retransmis sur toutes les télévisions a contribué à populariser l’événement sportif à l’international. Une sensationnelle preuve de force, de courage et de détermination devenue source d’inspiration pour les futurs participants, mais aussi pour le label lui-même. Dès lors, la devise de la marque Ironman voit le jour « anything is possible », signifiant « tout est possible ».

Les distances de l’Ironman World Championship

Les concurrents s’affrontent sur une distance totale de 226 km scindée en trois épreuves plus ou moins longues :

  • la natation, avec 3,8 km ;
  • le cyclisme, avec 180 km ;
  • la course à pied, avec 42,195 km (marathon).

Bien entendu, l’essence même de la discipline enchaînée fait que le chronomètre ne s’arrête pas de tourner entre les changements d’épreuves.

L’épreuve de natation dans la baie de Kailua

L’océan Pacifique est le théâtre de la composante natation. Lorsque le top départ retentit, les triathloniens entament l’aventure de leur vie en se jetant dans la baie de Kailua-Kona. L’enjeu est de réussir à se faire une place parmi la masse des nageurs. L’itinéraire comporte une boucle unique dans une eau turquoise et chaude (25 degrés en moyenne).

Le temps limite pour réaliser le parcours est de 2 h 20 min.

L’épreuve de cyclisme sur Big Island

La composante cycliste prend le relais : les compétiteurs avalent les kilomètres sous une chaleur humide souvent difficilement supportable, voire suffocante. Le thermomètre dépasse parfois la barre des 40 degrés !

Le relief du parcours se constitue de faux plats montants et descendants pour un dénivelé positif cumulé approchant les 2 000 m. Par ailleurs, le vent qui souffle à Hawaii, appelé le Ho’o Mumuku, est particulièrement imprévisible. Une difficulté supplémentaire de taille pour les triathlètes.

Le tracé à vélo consiste en un aller-retour le long de la côte, de Kailua-Kona à Hawi. Un décor de carte postale qui ne laissera pas les participants indifférents…

Notez que vous devrez déposer votre vélo dans le temps imparti de 10 h 30 min après le départ de votre vague au début du triathlon. Faute de quoi, vous ne pourrez pas courir le marathon.

Le marathon sur le parcours de Kona

La transition entre vélo et course à pied n’est pas une mince affaire alors que la fatigue s’accumule et qu’un soleil de plomb cogne. Courir le marathon est un tour de force qui se joue essentiellement au mental.

Pour cette dernière épreuve d’endurance, les athlètes se dirigent d’abord vers le nord de l’île, en direction de l’aéroport, avant de faire demi-tour. Ils rejoignent Pahoehoe Beach Park au sud de Kailua-Kona, puis reviennent sur leurs pas.

La fameuse ligne d’arrivée se dessine à l’horizon sur Alii Drive, fantasme ultime des compétiteurs au terme d’un pénible effort à effectuer impérativement en moins 17 heures. Nul doute que cette course mémorable restera à jamais gravée dans les souvenirs de chacun !

Les records sur l’Ironman d’Hawaii

L’actuelle championne du monde d’Ironman est Anne Haug (8 h 40 min 10 s), première femme allemande à décrocher la médaille d’or.
Le meilleur temps revient à la Suissesse Daniela Ryf (8 h 26 min 16 s), qui ne détient pas moins de quatre victoires sur l’épreuve.
Avec ses huit titres, la phénoménale Paula Newby-Fraser, surnommée la Reine de Kona (the Queen of Kona), explose le record de victoires féminines ! Impossible de ne pas mentionner également la triathlète suisse Natascha Badmann et ses six triomphes, ainsi que la Britannique Chrissie Wellington (quatre titres).

Chez les hommes, le champion 2019 s’appelle Jan Frodeno. Avec ce troisième titre obtenu en 7 h 51 min 13 s, l’Allemand fait coup double. Il récupère sa couronne après les deux années de sacre consécutives de son compatriote Patrick Lange et s’adjuge le meilleur chrono de l’histoire de l’Ironman d’Hawaii.
Le record de victoires masculines se partage entre les deux triathloniens américains Dave Scott et Mark Allen qui s’octroient l’or à six reprises, respectivement dans les années 80 et 90. Plus récemment, Jan Frodeno et l’Australien Craig Alexander sont triples champions du monde d’Ironman.

L’Ironman Hawaii n’a plus de secrets pour vous ! Que diriez-vous d’en apprendre davantage sur d’autres Ironman tels que l’Ironman de Barcelone ou l’Ironman de Francfort ?

 Newsletter

Le format de l'email est erroné. Merci de vérifier votre saisie.
Une erreur s'est produite.
Cet email est déjà inscrit.
Inscription effectuée.

Inscrivez-vous pour recevoir nos offres exclusives, ventes flash, cadeaux et dernières nouveautés.

Continuer vos achats sur EKOI Racing Continuer vos achats sur EKOI