30 Casques EKOI GARA Proteam à gagner Je tente ma chance
Préférences
Langue :
Devise :
Paiement sécurisé
Retour gratuit (sous conditions) Paiments x fois (sans frais)

Top 10 des articles indispensables pour son équipement de triathlon

Ça y est, c’est décidé : vous allez participer à votre premier triathlon ! Un beau challenge en perspective… Mais avez-vous pensé à bien vous équiper ? Le triathlon est une discipline enchaînée qui regroupe trois sports en un et demande donc trois fois plus de matériel. Entre natation, cyclisme et course à pied, Ekoï vous propose un top 10 des indispensables de l’équipement en triathlon. C’est parti !

1. La trifonction, pièce maîtresse de l’équipement triathlon

Si vous avez fait des recherches sur ce qu’est le triathlon, vous savez que la trifonction est l’élément incontournable de la garde-robe du triathlète. Il s’agit d’une combinaison multi-usage, avec ou sans manches, constituée d’une seule pièce. Elle permet ainsi d’éviter d’avoir à se changer entre chaque épreuve dans l’optique de maximiser le gain de temps lors des transitions.

Voici les caractéristiques d’une trifonction :

  • une membrane hydrophobe pour conserver la sensation de glisse dans l’eau ;
  • une fine peau de chamois intégrée, utile pour la partie vélo, mais non dérangeante pour la course à pied ;
  • un tissu respirant et léger pour évacuer rapidement la transpiration et optimiser le séchage.

On croise également la trifonction sous la forme d’un ensemble composé de deux vêtements : un singlet et un cuissard. Cette tenue de triathlon est privilégiée lors des compétitions de longue distance. Elle offre plus de praticité pour les besoins naturels et plus de liberté pour changer de haut pendant les transitions.

2. Le vélo de triathlon ou vélo de route

Qui dit composante cycliste, dit vélo ! Hormis le cross-triathlon où vous aurez besoin d’un VTT, vous allez évoluer sur un circuit goudronné. Il s’agit donc d’une épreuve de cyclisme sur route nécessitant une monture adaptée au macadam.

Deux options s’offrent à vous :

  • Le vélo de route, utilisé par bon nombre de triathloniens, débutants comme aguerris.
  • Le vélo de triathlon, conçu spécifiquement pour la discipline enchaînée. Il s’apparente à un vélo de contre-la-montre, plus aérodynamique et rigide que le vélo de route classique, mais moins léger et manœuvrable. Idéal pour les parcours roulants !

Retenez que la première solution est celle privilégiée par la majorité des triathlètes en herbe.

3. Les prolongateurs

Lors de votre première compétition, vous remarquerez que les fidèles destriers de vos concurrents sont dotés de prolongateurs, un composant vélo propre à l’équipement de triathlon. Si ces barres horizontales sont généralement intégrées au guidon des vélos de chrono, il est aussi possible d’en installer sur le cintre des vélos de route. Elles permettent de gagner en aérodynamisme et en vitesse grâce à une position encore plus inclinée vers l’avant, coudes rapprochés. Une option intéressante pour la longue distance, comme le Half Ironman, où l’on peut ainsi varier les positions tout en bénéficiant d’un appui confortable sur le vélo avec les repose-bras en mousse.

Attention toutefois : si vous optez pour des prolongateurs, veillez à les régler correctement au risque de perdre en puissance et en confort. En outre, cette nouvelle position nécessite un temps d’adaptation pour apprendre à maîtriser la stabilité, en particulier dans les virages.

Par ailleurs, notez que lors d’épreuves avec drafting autorisé, les extensions ne doivent pas dépasser les cocottes du cintre. Dans ce cas, l’alternative consiste à choisir des prolongateurs courts et fermés (les deux extrémités sont reliées par un pont), spécifiques au triathlon courte distance.

4. Le casque de vélo

Le port du casque à vélo est obligatoire pour participer à un triathlon. C’est un élément de sécurité à part entière destiné à protéger votre crâne en cas de chute et d’impact.

Un casque de vélo de route traditionnel suffira amplement pour les débutants, tandis que les triathloniens aguerris s’orienteront vers un casque aéro, tel que le casque chrono de Patrick Lange, double champion du monde d’Ironman.

Un point essentiel à avoir en tête : vous devez impérativement attacher la jugulaire avant de toucher à votre vélo lors de la première transition. Pour le deuxième enchaînement, la sangle peut être enlevée seulement après avoir déposé le vélo.

5. Les chaussures de vélo de triathlon

Indispensable également : des chaussures de vélo compatibles avec vos pédales automatiques. Sachez qu’il existe deux types de chaussures pour faire du triathlon :

  • les chaussures de vélo de route ;
  • les chaussures de vélo de triathlon, fabriquées spécialement pour la discipline enchaînée.

En fonction de votre degré d’exigence et de performance, le choix ne sera pas le même. Si une chaussure route correspondra parfaitement à un apprenti triathlète, la chaussure triathlon s’impose dès lors que l’on souhaite améliorer ses temps de transition. En effet, cette dernière est conçue afin de répondre aux besoins des triathloniens : s’enfiler à la vitesse de l’éclair et sans chaussettes.

Concrètement, les chaussures de vélo de triathlon sont :

  • plus souples ;
  • mieux ventilées ;
  • dotées d’une languette arrière pour être fixées sur les pédales et chaussées une fois sur le vélo ;
  • pourvues d’un système de serrage facilitant l’insertion du pied pendant le pédalage.

6. La combinaison de triathlon

La trifonction remplace le maillot de bain, mais ce n’est pas le seul élément de l’équipement triathlon pour l’épreuve de nage en eau libre. La combinaison de natation fait aussi partie des pièces incontournables !

Eh oui, car si la température de l’eau est inférieure à 16 degrés, vous serez contraint d’en porter une pour avoir l’autorisation de participer. À l’inverse, le règlement de la Fédération française de triathlon (FFTRI) stipule l’interdiction de la combinaison de triathlon au-delà de 24,5 degrés.

La plupart du temps, le choix vous revient donc. Notez que si la combinaison néoprène prend plus de temps à être ôtée lors de la première transition, elle procure une protection thermique bienvenue et un gain de flottabilité non négligeable. Une alliée de taille pour les triathlètes redoutant la partie aquatique ! D’ailleurs, les bons nageurs sont souvent ravis lorsque la combinaison est proscrite, car cela leur permet d’exprimer tout leur talent et de creuser des écarts significatifs avec les autres concurrents.

Vous aurez bien sûr besoin de votre paire de lunettes de natation. Le bonnet est en principe fourni le jour de la course avec votre numéro de dossard inscrit dessus.

7. Les chaussures de running

Il n’existe pas de chaussures de triathlon à proprement parler pour l’épreuve de course à pied. Il s’agit simplement d’une paire de runnings, mais encore faut-il qu’elle soit adaptée à votre morphologie.

Comment la choisir ? Misez sur la légèreté de la chaussure, son dynamisme, son amorti et son confort ! Pensez à sélectionner un modèle correspondant à votre corpulence et à la forme de votre pied. Par ailleurs, gardez à l’esprit qu’une chaussure idéale pour un triathlon de format S ne le sera pas forcément pour un Ironman

La particularité des chaussures de triathlon se retrouve surtout au niveau du laçage. Toujours dans une optique d’économiser un temps précieux lors des transitions, il est d’usage de remplacer les lacets traditionnels par une paire de lacets autobloquants. Vous les réglez à votre goût avant la course, puis vous n’avez plus qu’à enfiler directement vos chaussures sans faire de nœud ou de manipulations annexes au moment de l’enchaînement. Magique, non ?

8. La ceinture porte-dossard

Loin d’être accessoire, la ceinture porte-dossard permet d’éviter d’abîmer votre trifonction en lui épargnant les coups d’épingle. Une solution d’ailleurs inenvisageable étant donné que le dossard doit se porter devant lors de la partie cycliste et derrière lors de la course à pied.

Facile à tourner, la ceinture porte-dossard comporte également des petits compartiments pour accueillir quelques gels. Veillez à ce qu’elle possède bien trois points d’accroche, c’est obligatoire.

9. La montre GPS

Un compagnon de voyage de première nécessité pour pouvoir suivre sa performance pendant la compétition. Il existe des montres connectées dites de triathlon, qui permettent d’enchaîner les trois épreuves de natation, cyclisme et course à pied, tout en incluant les temps de transition. Distance, chrono, allure, FC max… à vous de paramétrer les indicateurs de votre choix pour vous aider à gérer votre effort et atteindre vos objectifs !

En bonus : vous pourrez visualiser votre tracé à l’issue de la compétition.

10. Le sac de transition

Eh oui, vous aurez besoin d’un contenant pour transporter tout votre équipement de triathlon ! Si un sac à dos classique fait parfaitement l’affaire, un sac de transition offre plus de praticité avec des compartiments dédiés et des poches de rangements. De quoi être bien organisé pour aborder son triathlon l’esprit tranquille.

 Newsletter

Le format de l'email est erroné. Merci de vérifier votre saisie.
Une erreur s'est produite.
Cet email est déjà inscrit.
Inscription effectuée.

Inscrivez-vous pour recevoir nos offres exclusives, ventes flash, cadeaux et dernières nouveautés.

Continuer vos achats sur EKOI Racing Continuer vos achats sur EKOI